American Graffiti 28cm x 44cm

Catégorie : Tags :

American Graffiti est un film américain réalisé par George Lucas et sorti en 1973.

« Nuit d’adieux d’une bande de copains à Modesto, en Californie, en août 1962. Les héros vont ainsi quitter leur petite ville californienne pour entamer des études universitaires sur la côte est. Après s’être retrouvés au Mel’s Drive-In avec leurs copains, ils passent une dernière nuit à parader en voiture avec leurs petites amies le long du Strip, la grand rue que sillonnent les véhicules rutilants de nombreux jeunes « flâneurs automobiles » à la recherche d’aventures collégiennes. Les autoradios diffusent des airs de rock ‘n’ roll et de musiciens mythiques des années 1950 et du début des années 1960.« 

L'avis de Margot Baldassi

Si les représentations de la ville américaine sont vastes et nombreuses, certaines ont plus particulièrement marqué l'imaginaire collectif, notamment dans l'après-guerre, lorsque s'est diffusé l'american way of life à travers le monde. Cette affiche combine ainsi merveilleusement les caractéristiques de la ville ricaine à l'orée des sixties ; on y retrouve les grands symboles de l'Amérique rétro, immortalisés dans nos esprits nourris à la pop et au kitsch, et emblématiques de l'imaginaire urbain de l'époque.

Drive in et néons incarnent en effet le décor principal des routes américaines à l'ancienne, caractéristique de la période 1930-1960's, faites de grandes avenues urbaines ou d'interminables autoroutes à travers le désert. Les commerces aux enseignes très lumineuses encadraient ainsi une multitude de pratiques à la sauce étasunienne, de la pause durant un road trip aux diverses convivialités d'une jeunesse aussi "libre" qu'aisée - convivialités justement dépeintes dans American Graffiti... Annoncée en grande pompe, la fin actuelle du néon semble aller de paire avec la disparition accélérée d'une partie de ces commerces désuets. Et si pour d'évidentes raisons nous ne souhaitons pas retrouver ces tuyaux ardents au-dessus de toutes nos boutiques, pourquoi ne pas raviver la flamme de ce charme en perdition en tapissant nos murs de cette affiche culte ?

On en a parlé sur pop-up urbain :
Au clair du néon : l’oraison funèbre d’un tube démodé